Celtic Passion Pipe Band

Celtic Passion Pipe Band

Cornemuses & Drums / musique écossaise

Les Celtes

2 avril 2016 | Commentaires fermés sur Les Celtes

 

Nous ne sommes pas ici pour rentrer dans les détails de cette civilisation protohistorique mais pour partager notre dévouement à nos « origines »

Difficile de retracer l’histoire d’un peuple qui ne laisse pas de traces écrites ! La première occurrence du mot Celtes nous vient des Grecs en 445 av. J.-Ch. dans les « Histoires d’Hérodote ». Une civilisation qui se définit par l’usage de la langue celtique et par certains particularismes  culturels. La culture, particulièrement riche s’épanouit pendant l’âge du fer, le Hallstatt et principalement la Tène. Si peu d’écrits sont retrouvés, beaucoup d’objets le sont ; armes ; bijoux (fibules, torques et colliers, bracelet, bagues,…) ; boucles de ceinture ; poteries ; … utilisant séparément ou ensemble le bronze, la feuille d’or, l’ambre de la Baltique, le corail importé de Méditerranée et l’argent.

Le territoire Celte s’étend, selon les écrits à son apogée en 275 av. J.-Ch., de la Bretagne (Îles Britannique) jusque dans les Balkans longeant le côté Sud du Danube, en passant par la moitié Ouest de l’Espagne et se propageant même sur le territoire Turc, appelé « Galatie » par les Grecs.

Ils ne connaissent pas d’union politique. Le territoire est divisé en tribus, chaque tribu possède ses terres et fonctionne indépendamment les unes des autres. Les paysans sont éparpillés en village sur le territoire tandis que le « sénat », dont les nobles font partie, est rassemblé dans une forteresse, « Dunon » en celte, centre à la fois économique, politique et parfois religieux. Les rares traces écrites décrivant la vie des Celtes sont celle de César, il parle d’Oppidum (du latin n. oppidum, pl. oppida : « ville », « agglomération généralement fortifiée »). Quelques noms latinisés d’oppidum ; Uxellodunum, Augustodunum, Lugdunum (Dunon latinisé en Dunum)

« Gallia est omnis divisa in partes tres, quarumunamincolunt Belgae, aliam Aquitani, tertiam ’qui ipsorum lingua Celtae, nostra Galli appellantur. »

(La Gaule se divise en trois parts, l’une habitée par les Belges, une autre par les Aquitains et la troisième par ceux qui se nomment dans leur propre langue Celte et dans la nôtre Gaulois.)

Pour César, la Gaule est limitée par la frontière naturelle que forme le Rhin. C’est principalement grâce aux écrits de l’Empereur romain que nous allons connaitre les Gaulois (écrits certainement très objectifs… A prendre avec des pincettes). Dans son ouvrage « Commentaires sur la Guerre des Gaules » (en latin : « Commentarii de Bello Gallico ») en 7 livres, il décrit la civilisation et relate tout les faits de sa campagne contre les Germains Ariovistes en 58, les Belges quasi unifiés par Galba en 57, les Aquitains en 56, description de la révoltes des Eburons menée pas Ambiorix en 54 et celle des Arvernes menée par Vercingétorix en 52, pour terminer sur l’annexion complète du territoire Gaulois en 50 av. J.-Ch.

Comme tout le monde le sait, l’expansion de l’Empire ne s’est pas arrêtée là. En 117ap. J.-Ch, tout le bassin méditerranéen était sous domination et une partie de la Bretagne était province de Rome mais ne sachant pas en conquérir le Nord, l’Empereur Hadrien limita le monde civilisé en érigeant un mur en 122 ap. J.-Ch. Ces terres qui forment aujourd’hui l’Ecosse et l’Irlande n’ont jamais été incorporées à l’Empire Romain. (Approximativement pour l’Ecosse car Antonin repousse les frontières de l’Empire à la limite des Highlands et y érige un mur en 142)

 

 

Sources :

http://www.histoire-des-belges.be/les-belges-leur-histoire

https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_des_Gaules

http://bcs.fltr.ucl.ac.be/CAES/BGI.html

http://www.histoiredumonde.net/Guerre-des-Gaules.html